Articles

Pourquoi le prix de l’énergie fluctue-t-il ?

L’électricité et le gaz naturel sont deux « commodités » qui s’échangent sur les marchés de gros de l’énergie. Revenons dans un premier temps sur les fondamentaux.

Le marché énergétique en France est organisé autour d’une place boursière gérée par EEX qui développe, opère et connecte des marchés sûrs, liquides et transparents pour les produits liés à l’énergie dont deux sous-catégories vont nous intéresser :

  • La première pour l’électricité
  • La seconde pour le gaz naturel

Ces places boursières font intervenir deux types d’acteurs, les producteurs (représentés par des producteurs fournisseurs ou des sociétés de trading) qui vendent toute leur production d’énergie et les acheteurs (représentés par les fournisseurs d’énergie) qui s’approvisionnent pour les besoins de leurs clients.

Le croisement des courbes de l’offre et de la demande fera naitre le « prix de marché » ou « prix de référence » pour l’ensemble des commodités.

En pratique, les produits gaz et électricité s’échangent aussi bien du jour pour le lendemain qu’à des horizons plus lointains comme les semaines, les mois ou les années futures.

Comme tout marché, l’équilibre offre/ demande fait varier les prix. Certains sous-jacents viennent en effet mettre à rude épreuve la stabilité du prix de marché, créant des périodes de forte volatilité.

Parmi ces facteurs, nous pouvons lister pour le gaz naturel :
  • L’approvisionnement en GNL (Gaz Naturel Liquéfié)

Le marché français dépend en partie de l’approvisionnement en GNL par méthaniers. En effet le GNL est acheminé par bateau là où les prix de marché sont les plus élevés à un instant « t » à travers le monde. Le marché asiatique entre souvent en concurrence avec le marché européen, notamment la France. Un afflux important de GNL fait donc mécaniquement augmenter l’offre et baisser le prix du gaz.

  • Le niveau du stockage en France

Le remplissage des stocks gaziers sur le territoire français durant les saisons printemps/été permet de répondre aux aléas climatiques et de limiter l’importation de gaz durant l’hiver. A l’inverse, des niveaux de stockage anormalement bas engendrent automatiquement une hausse des prix.

  • La géopolitique

Certains évènements liés à l’actualité géopolitique peuvent avoir de forts impacts sur les prix de marché tels qu’une réunion de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), des tensions entre pays, l’instabilité politique d’un pays ou même le tweet d’un politicien…

  • Les conditions climatiques du moment

Un hiver particulièrement clément aura très probablement un impact baissier sur les marchés.

  • Prix du CO2 (Carbone)

Le secteur énergétique est soumis au dispositif d’échange de quotas d’émissions de CO2, le cours du marché du CO2 a donc une influence directe sur le prix de production et par conséquent sur le prix de fourniture.

  • Prix du pétrole

Les marchés du gaz et du pétrole ne sont plus intrinsèquement liés comme ils pouvaient l’être il y a quelques années mais le prix du baril influe toujours sur les marchés du gaz naturel qui suivront la tendance haussière ou baissière.

Pour l'électricité :
  • Prix du CO2

Le cours du CO2 est désormais un des principaux facteurs expliquant la variation des prix de l’électricité. En effet, les quotas d’émissions de CO2 doivent être payés par les producteurs d’énergie.

Certaines centrales thermiques permettent de produire de l’électricité à partir de gaz naturel et de charbon. En cas de pic de consommation et/ou en heure de pointe, ces centrales sont mises en production ce qui entraine une augmentation du coût de revient de l’électricité. Le prix du CO2 est passé de 5€/t en 2013 à près de 60€/t en août 2021 ce qui alourdit brutalement le prix de l’électricité. Cette tendance haussière va probablement se renforcer.

Il est important de noter que le prix du CO2 est fortement lié à la politique environnementale de l’Union Européenne. En effet, la réduction du nombre de quotas gratuits livrés aux pollueurs entraine une augmentation de la demande et mécaniquement une hausse du prix du CO2.

  • Prix du gaz naturel

Le gaz naturel est brulé afin de produire de l’électricité via des centrales thermiques à Cycle Combiné Gaz (CCG). Son prix intervient alors directement dans le coût de revient de l’électricité.

  • Disponibilité des actifs de production

Les centrales nucléaires françaises, vieillissantes, représentent plus de 70 % de la production française. Les arrêts programmés pour maintenance ou en lien avec des problèmes techniques provoquent instantanément une baisse de l’offre et par conséquent une hausse des prix sur les marchés.

 

Voici donc une liste non exhaustive des « drivers » de prix pour les marchés du gaz et de l’électricité qui se révèlent des clés de lectures pertinentes. Nos experts Mouv Energie assurent un suivi quotidien de ces différents marchés et vous aident à saisir les opportunités au meilleur moment.

La facture des consommateurs français continuera d’augmenter en électricité si l’on en croit le rapport de la Commission d’Enquête du Sénat, qui prévoit une hausse de 100% d’ici 2023. En comparaison à d’autres pays européens, la France bénéficie d’un prix de l’électricité plus bas que ses voisins européens grâce à la part importante que représente la production nucléaire. Cependant le prix est en hausse constante depuis 10 ans et cette tendance devrait se maintenir.

Afin de conserver des budgets énergie maitrisés, faites appel à nous.

Les tarifs réglementés :

Ces tarifs ont disparu pour la grande majorité des professionnels au 1er janvier 2021. Les microentreprises et copropriétés sont les dernières concernées par les tarifs règlementés et ont jusqu’au 30 juin 2023 pour passer sur une offre de marché. Ces offres d’électricité et/ou de gaz naturel présentent des prix régulés qui évoluent deux fois par an. Ces prix sont fixés par l’État puis validés par la CRE (Commission de Régulation de l’Énergie) et sont proposés uniquement par les fournisseurs historiques EDF et Engie.

Ces tarifs ont augmenté significativement ces dernières années avec une augmentation moyenne de 3 à 7% d’une année sur l’autre.

Une hausse expliquée en partie par :

  • Une augmentation des coûts liés à l’état du réseau français et son développement
  • Une augmentation du prix de marché sur les dernières années
  • Des capacités de production limitées
  • Des besoins d’électrification en hausse dans le cadre de la transition écologique
  • Une part de risque plus importante pour les fournisseurs (impayés, crise économique/sanitaire,…)

Un contact avec nos équipes vous permettra d’y voir plus clair afin d’optimiser vos coûts et faire baisser votre prix de fourniture d’électricité et/ou de gaz naturel, n’attendez plus, contactez-nous.